09/07/2020

Grand chantier national pour redonner le goût du sport aux français

Pour redonner le goût du sport aux français, Decathlon et ses partenaires lancent un grand chantier national

Pour redonner le goût du sport aux français, Decathlon et ses partenaires lancent un grand chantier national

Decathlon oeuvre pour rendre le sport accessible depuis plus de 40 ans. Le constat est le suivant :
seulement 50% des Français pratiquent une activité physique régulière depuis plusieurs années. Mettre
ou remettre les Français à l’activité physique et sportive est donc une priorité. Decathlon est convaincu
que cette problématique nécessite de l’innovation.
Ainsi, Decathlon a porté conjointement avec une dizaine* d’acteurs du sport en France (*Union Sport et
Cycle, Withings, Wheelness, Sport Heroes, Fédération Française de Basket Ball, Filière Sport - Direction
des Sports, Groupe VYV, Fédération Française du Sport pour Tous, Gymlib, Amer Sports, Five ...) une
étude qui a pour objectifs de comprendre les freins à la pratique de l’activité physique et d'identifier des
leviers concrets pour accompagner les Français à la pratique physique et sportive.

C’est aujourd’hui une certitude, les bénéfices concrets de la pratique d’une activité physique et sportive sont
nombreux. Au delà des bienfaits pour la bonne santé des pratiquants réguliers (réduction des maladies
cardio-vasculaires notamment); avoir une activité physique participe au bien-être ressenti, à la cohésion
sociale, au bien vivre ensemble, à la réinsertion professionnelle, mais aussi sociale.

Bien sûr, cette ambition est immense et nécessite bien plus que les initiatives isolées d’un seul acteur.
C’est pourquoi Decathlon a intégré sa réflexion au sein de la Filière Économique du sport et a invité à la
concertation une quinzaine de participants. Ces derniers partagent les mêmes enjeux et la même volonté
d’actions concrètes sur les 2 axes :
- accompagner les Français à débuter une activité physique et sportive,
- les aider à maintenir celle-ci dans le temps.

Decathlon et l’ensemble des acteurs se sont réunis et ont mené cette étude sur une période de 1 an et en 5
grandes étapes :

Etape 1: Diagnostic (1 mois)
La première étape consiste en un diagnostic pour bien comprendre les motivations et les freins majeurs au
démarrage ou au maintien de la pratique.
Pour cela, quatre focus groupes ont été organisés à Rennes.

Etape 2: Recherche créative (2 semaines)

A partir de ces enseignements, 3 “défis” ont été identifiés. Ils mettent en lumière les grandes
problématiques rencontrées par les personnes ayant participé à l’étape 1.

Défi 1
Comment faire pour étendre le panel des sports que l’on peut démarrer à l’âge adulte dans un cadre
loisir ?

Défi 2
Comment faire pour rendre immédiatement tangibles les impacts (les bénéfices, les bienfaits) du
sport ?

Défi 3
Comment réinventer la pratique du sport (activité physique / sportive) à l’école ?
Lors de cette étape, l’objectif était de trouver des réponses créatives aux défis lors d’un workshop de 2
jours regroupant l’intégralité du groupe projet. Mené par un facilitateur, cet atelier a permis d’imaginer 5
concepts.

Etape 3: Test des concepts (2 semaines)

Avant de passer à la phase d'expérimentation, les 5 concepts ont été présentés lors de 2 focus groupe à Paris. L’objectif à cette étape était de vérifier que les 5 concepts imaginés étaient pertinents du point de vue des utilisateurs potentiels.
Après analyse des résultats, 6 concepts ont été consolidés.

CONCEPT 1
un abonnement multi activités guidé pour identifier des couples de sport affinitaires.

CONCEPT 2
une proposition de cours de sports-co pour adultes débutants.

CONCEPT 3
un outil de mutualisation du sport en entreprise : une offre sur mesure (activités et infrastructures) pour un groupement d’entreprises sur une zone géographique.

CONCEPT 4
un “journal de bord” qui permet au sportif s’exprimer sur son ressenti et ainsi de prendre conscience de ses efforts et des bienfaits de la pratique dès les premières séances.

CONCEPT 5
un guide d’exercices physiques à destination des élèves pour qu’ils puissent animer des séances d’exercices / d’étirements courtes au cours de la journée.

CONCEPT 6
une nouvelle organisation du sport au collège : 10 sports par année, les élèves votent pour les sports qu’ils vont pratiquer et décident sur quelles disciplines ils seront évalués.

Etape 4: Expérimentations (9 mois)

L’objectif de cette étape d’expérimentations était de vérifier ce qui fonctionnait bien via des tests réels
auprès d’un panel de non sportifs.
Ce prototypage s’est fait à petite échelle et “à la main”, ce qui a permis de réaliser des ajustements en
temps réel et de se forger des convictions sur le terrain.

Etape 5 : Analyse et recommandations (1 mois)

Au fur et à mesure des expérimentations c’est finalement 4 concepts qui ont permis d’adresser les différents défis identifiés. La matière issue de ces expérimentations a ensuite été analysée. Un rapport synthétise l’ensemble des enseignements et des recommandations à destination des industriels et pouvoir publics concernés par la mise à la pratique des Français.

Ce dispositif a permis d’identifier 3 enseignements :

- Un besoin de transformation du sport à l’école. Le rejet du sport pour une partie des personnes tire sa
source de mauvaises expériences sportives qui remontent à l’école, ancrant dans leur esprit que la
pratique sportive était une contrainte, sans plaisir et nécessairement compétitive.

En découle une connotation quasiment négative du mot “sport” : les non pratiquants culpabilisent de leur
absence de pratique. S’ils en connaissent parfaitement les bénéfices, le mot renvoie pour eux à une logique
de compétition, de concurrence, de comparaison qui leur est difficilement supportable.
Un système qui exclut toutes formes de compétition, de notation et qui invite et encourage les enfants à
bouger pour se sentir bien et s’amuser pourrait être une solution.

- Un besoin d’une offre adaptée aux adultes débutants. L’étude a révélé une réelle difficulté pour un adulte
débutant à trouver une pratique sportive qui correspond à ses envies, ses motivations. Les pratiques qui
leur semblent spontanément accessibles (running, salle de sport, sport à la maison) ne sont peut être pas
les plus accessibles pour de vrais débutants et pas nécessairement celles qui correspondent à leurs envies
et leurs besoins. L’offre est souvent inadaptée en termes de niveau de pratique et d’adéquation avec
l’organisation du quotidien familial et professionnel qui est la source de la difficulté à démarrer un sport à
l’âge adulte. L’étude a notamment travaillé sur l’impossibilité de démarrer un sport collectif en étant adulte
et débutant. L’enjeu pourrait être, par exemple, au départ de proposer une offre multi-pratiques à tous les
non-sportifs. Cette offre leur permettrait de découvrir, tester et choisir sans contraintes selon leurs objectifs
et les bénéfices attendus.

- Un besoin d’accompagnement au démarrage d’une pratique. Les premiers pas dans l’activité sportive
pour les non-sportifs sont souvent synonyme d’échec. En effet la volonté d’arriver rapidement à des
résultats visibles ou a minima tangibles de la pratique sportive sont une condition de maintien de l’activité
dans la durée, en tout cas tant qu’il n’y a pas de découverte d’un plaisir à l’activité. L’accompagnement des
premières semaines de pratique permet de rendre tangibles les bienfaits d’une activité.
Un exemple concret pourrait être d’accompagner personnellement les débutants grâce à une application de
suivi qui conseille et encourage le nouveau sportif dans ses premières semaines ou mois.

De façon générale, il est effectivement possible d’augmenter le nombre de Français qui pratiquent une
activité physique régulière mais qu’il ne fait aucun doute sur la nécessité absolue de conduire des
transformations majeures du système scolaire et sportif français. En effet, l’absence de pratique n’est
pas systématiquement une problématique de faible motivation individuelle. C’est aussi et surtout une
inadéquation de l’offre existante avec les aspirations des potentiels des pratiquants et de leur niveau réel.
Ces transformations devront être collectives et coordonnées pour répondre aux motivations des
utilisateurs, quelle que soit la pratique vers laquelle ils s’orientent.

Pour ce public là, il faut transformer la vision fédérale aujourd’hui verticale, par discipline sportive, et compétitive, pour adopter une lecture matricielle multi pratiques et plaisir.

Cette étude était un premier pas indispensable. Decathlon se saisit de ces enseignements afin de
développer avec ses partenaires des innovations de produits et de services pour le développement de la
pratique du sport.
Les concepts expérimentés sont ouverts et à la disposition de tous, l’invitation est lancée aux institutions
ou encore aux industriels intéressés de s’en saisir et de poursuivre ce travail pour développer des solutions.

LES CONTACTS :

Contact presse Decathlon France : Magda Winiarczyk
Contact partenariats Decathlon France : Karine Wisel

Fermer

Fermer